L’impact des apôtres

Publié le 04/12/2020

À en croire un reportage de France Télévision, ils sont le « groupe le plus branché de la scène francophone chrétienne ». Impact est incarné depuis 2006 par Sébastien Corn, chanteur et compositeur québécois, qui est aussi pasteur dans la vie. Nous sommes allés lui demander le secret de la pop corn.

POUVEZ-VOUS NOUS RACONTER TOUT D’ABORD L’ORIGINE DU GROUPE IMPACT ?

La création d’Impact remonte en réalité à un projet que mon Église m’avait confié. J’étais en train de terminer mes études de théologie lorsqu’on m’a demandé de monter un groupe capable d’animer des chants lors de nos rassemblements destinés à la jeunesse. Après un temps de réflexion, l’idée qui est finalement ressortie était : « un chant nouveau pour une nouvelle génération ». J’avais à cœur de former la prochaine génération de croyants à la louange – cette démarche de dire du bien de Dieu en musique. D’autre part, alors que les chants d’origine anglo-saxonne prédominaient dans les répertoires des Églises, notamment évangéliques, je souhaitais que des francophones puissent composer des chansons destinées à d’autres francophones. Peu à peu, notre groupe de musique a débordé nos murs et nous avons commencé à faire des tournées. En 2010, nous avons sorti notre premier album, Infiniment grand, qui nous a véritablement lancés. Deux albums ont suivi : Sola Gratia en 2013 et Scriptura en 2015.

VOUS PUISEZ AUSSI VOTRE INSPIRATION CHEZ DES GROUPES NON RELIGIEUX COMME RADIOHEAD OU THE BLACK KEYS ET VOUS DONNEZ DES CONCERTS DANS DES SALLES COMME LA CIGALE À PARIS. ÊTRE UN GROUPE DE MUSIQUE « CHRÉTIENNE », QU’EST-CE QUE ÇA CHANGE ?

Beaucoup d’artistes chrétiens ont des réticences à aller écouter ce qui se crée dans le monde séculier. Pour nous, ça n’a pas de sens. Un coiffeur croyant limiterait-il ses inspirations à d’autres coiffeurs croyants ? Un des problèmes du monde chrétien, ces dernières décennies, a été de trop se regarder lui-même. Avec Impact, on essaie avant tout de faire de la musique qu’on aime écouter au quotidien. La différence pour nous doit se faire au niveau des paroles. Il n’y a pas de genre musical « chrétien », il y a des paroles inspirées par la foi chrétienne. Il est vrai qu’il existe un type de musique qu’on pourrait qualifier de « liturgique » destiné à la messe, au culte. Cette catégorie se rapproche de la musique de film, au sens où elle est fonctionnelle, elle se rattache à un contexte, un objectif. Pour nous, il s’agit d’accompagner nos auditeurs dans leur cheminement spirituel.

VOTRE MUSIQUE ET VOTRE DÉMARCHE ARTISTIQUE SONT DIGNES DES PLUS GRANDS GROUPES PROFESSIONNELS. AVEZ-VOUS LE SENTIMENT D’AVOIR RÉUSSI À TRANSPOSER EN FRANCOPHONIE LE MODÈLE DE MUSIQUE CONFESSIONNELLE QUI MARCHE AUX ÉTATS-UNIS ?

J’ai grandi en entendant très souvent : « Ce n’est pas grave si ce n’est pas bien, on le fait pour le Seigneur ! » Ça m’a marqué. Justement, si on le fait pour Jésus, ne doit-on pas donner le meilleur de nous-mêmes ? Dès le début, il y avait dans l’ADN du groupe une volonté de rechercher l’excellence. On s’est inspirés de ce qui se fait aux États-Unis, là où il y a une industrie de la musique « chrétienne ». Il est intéressant de constater que, par la suite, certains de nos chants ont été traduits en anglais. C’est un véritable changement de paradigme ! Nous pensons que chaque croyant, chaque langue, chaque pays a quelque chose à apporter à l’Église universelle.

LIRE LA SUITE ET DÉCOUVRIR L’INTÉGRALITÉ DU MAGAZINE ICI

écrit par Joseph Gotte

Chrétien étiqueté « génération Z », je suis aussi doctorant en communication politique, auteur et consultant indépendant. En 2016, j’ai lancé ce blog « Vivre sa jeunesse autrement », pour livrer un nouveau regard sur le monde et présenter ce qu’être jeune croyant signifie réellement aujourd’hui. Dans la continuité, j’ai publié en 2019 le livre Vivre sa jeunesse autrement, 20 défis pour ma génération aux éditions Première Partie.

Articles similaires




“Dieu seul suffit” – Nicolas Buttet

Lire l'article
39€

par an

Quatre fois par an, reçois Jésus! chez toi ! Et pour le prix d’une chemise Uniqlo, découvre en avant-première le rédacteur en chef de chaque numéro

Nans Thomassey

Sur les chemins de l’humanité

Lire l'article
Frère Benjamin

J’ai épousé Jésus! (moi aussi)

Lire l'article